Qu’on soit d’accord, une chanson ne se réalise pas toute seule comme par magie. Plusieurs éléments sont à prendre compte, et tout autant d’étapes sont requises pour mettre au point un morceau abouti qui risque de faire danser vos auditeurs. J’ai donc essayé de décortiquer les différentes phases de la composition d’une chanson, de la fameuse loop au mastering final.

 

1. Créer la loop

 

Littéralement, il va s’agir ici de créer une boucle. Cette boucle, c’est la fondation de votre instru, elle correspond à ce sur quoi vous allez vous baser et va définir l’intégralité du morceau. Pour avoir discuter avec plusieurs artistes, tous sont d’accord pour me dire qu’il leur suffit d’écouter une instru pendant 15 secondes (grosso modo, la durée d’une loop) pour savoir si elle leur plaît. Je ne vais donc pas vous cacher que c’est ici que tout se joue. Au cours de cette première étape, vous allez définir tout un tas de paramètres : le tempo, les instruments, les banques de sons, la suite d’accords (toujours avant la mélodie, je vous l’ai expliqué juste ici) et enfin la rythmique de votre instrumentale. À partir de là, vous avez déjà des bases solides pour continuer.

 

 

2. Faire le montage

 

Une fois que vous avez mis au point votre loop (et que vous en êtes pleinement satisfaits, c’est le principal), vous allez la répéter tout au long du morceau en variant selon les moments de la chanson. Après tout, ce n’est pas pour rien qu’on l’appelle la boucle ! Ensuite, à vous de déterminer la construction de votre morceau, c’est-à-dire avec une intro, des couplets, un refrain etc… C’est là que vos cours d’éducation musicale lors de vos années collège peuvent être utiles. Le montage correspond à une partie plus organisationnelle : il faut cerner quelle mélodie sera présente au refrain, quel instrument disparaît au deuxième couplet… Encore une fois, dans ce cas-là, avoir une oreille musicale peut être un sacré atout.

 

 

 

 

3. S’attaquer au mixage

 

On arrive à une étape qui est certes un peu moins créative, mais qui reste tout aussi technique et importante, d’ailleurs souvent négligé à tort par bon nombre de beatmakers. Pour la faire simple, le mixage audio a pour but d’apporter davantage de cohérence à notre chanson. Cela passe par un rééquilibrage de divers paramètres, en retouchant certaines fréquences ou en corrigeant quelques imperfections qui viendrait entacher le rendu final. En ciné, cela correspondrait à l’étalonnage d’une vidéo dont la visée est de rendre le tout plus homogène. Il y a toujours une part de composition dans cette étape de mixage : vous pouvez choisir un instrument à mettre en avant, déterminer si vous préférez un kick bien vénère ou un plus doux. Tous ces choix en apparence anecdotiques sont primordiaux puisqu’ils contribuent à l’ambiance de votre instru.

 

 

4. Ne pas zapper le mastering

 

Peu évoquée, le mastering renvoie à l’étape intermédiaire entre le mixage et le pressage du support physique, par exemple en CD, en vinyle ou autre. Cette phase de postproduction consiste à rendre l’ensemble des éléments sonores le plus harmonieux possible afin que la chanson soit écoutable sur tous les supports possibles. Cela passe par plusieurs outils plus techniques, tels que la compression, l’égalisation, le réglage du volume ou l’ajout d’effets audio… Dans le domaine professionnel, cette étape est souvent réalisée par un ingénieur spécialisé. Tout cela est nécessaire pour conserver la qualité de la chanson. En gros, le mastering représente l’étape où les petites retouches finales sont effectuées, un peu comme une couche de vernis pour rendre le tout impeccable.

 

Pour conclure, ce qu’on doit retenir, c’est qu’une chanson ne se fait pas en deux temps trois mouvements. Il est inutile de se précipiter, puisque chaque étape que j’ai détaillée a son importance et mérite toute votre attention. Promis, votre chanson n’en ressortira que plus aboutie !

N’hésitez pas à me laisser des commentaires pour m’indiquer des sujets qui vous intéresseraient à l’avenir, des questions sur le beatmaking, des idées de posts ou tout simplement pour donner votre avis sur l’article.

 

 

A LIRE AUSSI

4 sites où trouver des samples et plugins gratuits

5 étapes pour se lancer dans le beatmaking

Comment utiliser le AKAI MPK Mini ?